Le marché du transport en Suisse

Le marché du transport est l’un des plus développés en Suisse. En témoigne d’ailleurs l’important investissement annuel (+de 5 milliards CHF/an) qu’effectue le pays pour l’entretien de ses infrastructures routières. Le système de transport suisse (routier, ferroviaire, aérien et fluvial) fait partie des meilleurs au monde. Avec une forte influence sur l’économie du pays, le secteur du transport absorbe plus de 100 000 emplois directs ou indirects. Quel est l’apport économique du marché de transport en Suisse ? Quels sont les défis auxquels ce marché est confronté ? Quelles sont les perspectives envisagées ?

Importance du marché du transport pour l’essor de l’économie Suisse

La Suisse compte plus de 8,70 millions d’habitants pour un réseau routier long de 84 114 km dont 1544 km d’autoroutes. Le réseau ferroviaire fait quant à lui, 5 317 km de long et le réseau fluvial, environ 1 292 km. À cela, s’ajoutent les routes nationales et autres axes routiers. Le marché du transport génère plus de 13 milliards de francs suisses/an d’après les travaux d’étude d’INFRAS. Notons que les acteurs qui génèrent ces ressources sont :

  • Les sociétés de transport automobile (bus),
  • Les compagnies ferroviaires et de tramway,
  • Les entreprises d’infrastructures.

En termes d’emploi, l’industrie du transport permet à plus de 100 000 personnes de vivre.

Une cagnotte de 13 milliards CHF générée par les entreprises du secteur des transports

Les acteurs (sociétés et entreprises) du secteur du transport en Suisse contribuent au produit intérieur brut (PIB) du pays à hauteur de 1,8%. Cela équivaut à environ 13 milliards de francs suisses de valeur ajoutée à l’économie. C’est une part importante qui témoigne de la dynamique du secteur des transports publics. En effet, les différents acteurs du secteur des transports publics (TP) produisent de façon directe plus de 9 milliards CHF (francs suisses). De façon indirecte, les recettes générées s’élèvent à plus de 3 milliards CHF. En outre, il est important de souligner que la majeure partie (+ de 90%) des bénéfices issus du fonctionnement du marché du transport reste en Suisse.

Il est clair que le secteur du transport occupe une place importante dans le plan d’action de développement du pays. Ce secteur absorbe en termes d’investissement près de 8,1 milliards CHF tous les ans. Cet investissement est injecté dans les véhicules, les infrastructures et autres.

Les réseaux routiers et les échanges commerciaux en Suisse

Les principaux échanges commerciaux (transport de marchandises) se font prioritairement par les axes routiers et les rails. Le fret aérien et le transport maritime viennent en second plan. Environ 73% des échanges commerciaux terrestres lors de l’année 2020 ont été effectués par les automobiles (camions, voitures…). Les trains ont en revanche assuré 37% de ces échanges. Les principales activités commerciales (échanges commerciaux) de la Suisse se font avec ses voisins immédiats : la France, l’Allemagne, l’Italie.

D’après les chiffres, 37% des exportations suisses sont dirigées vers l’Allemagne et 13% vers la France. En retour, 34% des biens que la Suisse importe proviennent de l’Allemagne et 15% de la France. Ses différents échanges se font en priorité par voie terrestre et voie ferrée. Les exportations se font principalement par le secteur ferroviaire et couvrent environ 40% des revenus des exportations. Le transport maritime contribue également au développement du secteur avec une représentation de 4% du PIB.

La Suisse peut être considérée comme un carrefour de transport grâce au canton-ville de Bâle. Surnommé ‘’Porte d’or’’ de la Suisse, ce canton se trouve à la croisée de trois pays, ce qui a grandement favorisé les échanges commerciaux dans la ville. Il va de soi que les activités de transport soient particulièrement intenses à Bâle. Certains expéditeurs de renom (Panalpina, DHL) ont d’ailleurs fait de la ville leur repère. On retrouve également dans le canton de Soleure plusieurs compagnies de transport et logistique.

Le secteur du transport est plus développé dans la région urbaine de Genève, Zurich, Bâle que dans les agglomérations. Cela s’explique d’ailleurs par la démographie et les activités économiques qui sont plus élevées dans ces zones. Plusieurs entreprises du secteur privé et public animent le marché du transport de la Suisse.

Le transport domestique et international

Le transport domestique est très actif en Suisse. Entre les déplacements professionnels, personnels et les déplacements touristiques, le marché du transport se porte bien. Il existe 5 aéroports dont 3 grands à Genève, Bâle et Zurich. À cela, s’ajoutent 1 735 gares/arrêts, 596 gares pour les échanges commerciaux (marchandises). L’état investit dans les transports publics environ 8,7 milliards CHF. Il est donc évident que le secteur du transport se porte bien en Suisse.

Les défis du marché du transport suisse

Sur la scène internationale, le marché du transport suisse n’est pas si performant. Sa contribution à la croissance économique au niveau européen n’excède pas les 1% sur les trois dernières décennies. Par ailleurs, un autre problème lié au transport en Suisse est la mobilité due à l’augmentation du trafic routier et ferroviaire. Pour y remédier, l’État a adopté les ITS pour désengorger les axes routiers. Par ailleurs, d’autres solutions technologiques sont en cours d’analyse pour améliorer la fluidité du trafic routier.

Le secteur du transport suisse est très dynamique. Il est prospère et possède de belles infrastructures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.