exosquelette pour la manutention

Les exosquelettes dans la logistique

La main-d’œuvre Française actuelle étant à la fois vieillissante et moins en forme qu’il y a 25 ans, les entreprises examinent diverses solutions d’assistance ergonomique pour aider les travailleurs à effectuer des activités manuelles et répétitives de manutention en toute sécurité et efficacité.

Une de ces technologies, actuellement en cours de développement et qui commence à faire son entrée dans les usines et les entrepôts, est l’exosquelette (également appelé « exos »).
Il s’agit d’une armature externe légère portée pour soutenir le corps humain et améliorer ses capacités physiques afin de stimuler les performances et de réduire le risque de blessure.
En outre, ils peuvent être conçus pour minimiser ou prévenir les tensions causées par des mouvements associés à une mauvaise ergonomie – tels que le surmenage, l’extension, l’étirement, la poussée, la traction, le transport de charges lourdes, la flexion et la torsion – en empêchant physiquement le porteur de les effectuer.

la version actuelle des exosquelettes

Les exosquelettes en phase d’étude

L’utilisation d’exosquelettes dans la manutention est un sujet étudié par le Dr Donald R. Peterson qui officie à la Northern Illinois University. Il a plus de 25 ans d’expérience en ingénierie biomédicale et en recherche médicale.
L’étude de l’utilisation des exosquelettes dans le cadre professionnel est l’un de ses sujets de prédilection. Selon lui, il faudra encore une dizaine d’années avant que les exosquelettes puissent réellement être utilisés de manière générale dans nos entreprises.

Actuellement, environ 120 entreprises développent des exosquelettes pour une variété d’applications différentes.

« Parmi ces entreprises, quatre ou cinq sont réellement utilisées dans des applications de manutention, et la plupart d’entre elles sont actuellement actives dans le secteur de la fabrication », note M. Peterson.
En tant que communauté – y compris les développeurs, les chercheurs, les utilisateurs, les vendeurs, les concepteurs et autres – tout le monde se concentre sur l’amélioration de la sécurité de l’utilisateur.

« L’objectif est de créer un exosquelette qui soit convivial, qui contribue à réduire la fatigue et qui aide le porteur à gérer ce qui serait considéré comme une charge ingérable. C’est-à-dire une charge peut-être légère, très répétitive ou difficile à manier, et non quelque chose de super lourd », explique-t-il.
C’est pourquoi il prévoit que les tâches de prise et de dépose seront le premier domaine dans lequel les exosquelettes seront le plus largement appliqués aux processus de manutention.

Alors que cette technologie naissante commence à faire son entrée sur le marché commercial, le Dr Peterson indique que quelques points clés doivent être observés pour assurer le succès de l’application. « Premièrement, il est important d’adapter l’exosquelette à la tâche à accomplir. Des exos différents offrent des avantages différents en matière d’assistance ; il n’y a pas de solution universelle. Il est plutôt important que le concepteur de l’exosquelette comprenne le processus dans lequel l’unité va être utilisée, et que le porteur comprenne ses limites. »

Deuxièmement, poursuit-il, la formation du porteur est cruciale. « Bien que les conceptions d’exosquelettes soient ciblées pour être intuitives et faciles à utiliser, nous ne voulons pas qu’un exosquelette donne à un individu un faux sentiment d’être surhumain », explique-t-il. « Cela pourrait provoquer une blessure que l’exo est censé prévenir. Une formation adéquate est donc très importante. »

Des exosquelettes sur mesure

Troisièmement, les exosquelettes eux-mêmes nécessitent un réglage et un entretien réguliers, voire quotidiens. « Encore une fois, nous sommes au début des exosquelettes en tant que technologie, donc des raffinements doivent être faits pour s’assurer que l’unité fonctionne correctement », poursuit-il. « De plus, ces solutions sont si nouvelles qu’il n’y a pas encore beaucoup de données disponibles sur la fiabilité et la durabilité des exos et de leurs composants. Mais, sans aucun doute, comme tous les systèmes mécaniques, les exosquelettes nécessiteront un programme d’entretien continu. »

Enfin, les exosquelettes eux-mêmes – bien que quelque peu ajustables – doivent être adaptés à la taille de chaque personne qui les porte. Un appareil conçu pour une personne de petite taille ne conviendrait pas à une personne de grande taille, ajoute le Dr Peterson.

De plus, « quand on pense à l’année dernière, avec COVID, il faudra se demander si une entreprise souhaite ou non que plusieurs employés partagent un même exosquelette », poursuit-il. « Et, si c’est le cas, comment sera-t-il désinfecté ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.